Et voilà que je plonge encore et encore dans ce délicieux nectar !
Accompagné d'un poème  de Théodore Faullin de BANVILLE - 1823-1891

Tandis qu'en murmurant, ces vins, célestes pleurs,
        Tombent à flots pressés des cruches ruisselantes,
        Et que ces chandeliers, semblables à des fleurs,
        Mettent des rayons d'or dans les coupes sanglantes;

Que les Dieux de vieux Saxe et les Nymphes d'airain
        Semblent, en inclinant leur tête qui se penche,
        Parmi les plâtres grecs au visage serein,
        Se sourire de loin dans la lumière blanche;

Les bras et les pieds nus, laissez votre beau corps
        Dont le peignoir trahit la courbe aérienne,
        Sur ce lit de damas étaler ses accords,
        Ainsi qu'un dieu foulant la pourpre tyrienne.

http://tatieva.weonea.com/

Et une newsletter pour tout savoir avant tout le monde !
Et dans les albums photos, les toiles disponibles à la vente...

Rouge

Rouge

Un_vin_de_printemps

Un vin de printemps

Vous avez envie d'illustrer votre blog de mes images ?
C'est avec plaisir d'égayer votre espace de jeu.